onair1

 

vumetre

Le direct

# « Au Coeur de la ville, Persan » écoutez notre émission en podcast, consacrée aux témoignages de femmes habitantes du quartier du Village

Habitantes du quartier « Le Village » depuis de très nombreuses années, ces femmes témoignent de leur vécu, de l’histoire de ce quartier …

# Portes ouvertes des Clémo avec Florian

Les inscriptions sont ouvertes !

# Du 8 au 15 septembre « Journées National de Lutte Contre l’Illettrisme »

Dominique Rousseau, présidente de l’association Clé d’Ermont
Audrey Colnat, Chargée de mission, coordinatrice de l’Agence National de Lutte contre l’Illettrisme
Le 15 septembre au Cinéma Le Beaumont Palace à Beaumont sur Oise, se tiendra la projection du film
L’illettré du réalisateur Jean Pierre Améris
suivie d’un échange avec le public en présence de Dominique Rousseau présidente de l’association Clé et de Jean Philippe Delcourt directeur territorial du Pole Emploi.

Audrey Colnat Chargée de mission, coordinatrice de l’ Agence National de Lutte contre l’Illettrisme en Île de France, accompagne les acteurs sur la monter en compétence autour de la connaissance de ce qu’est l’illettrisme. Elle répond aujourd’hui aux questions que se posent certains persannais.
Retrouvez sur le site http://www.anlci.gouv.fr/
Comment mieux comprendre l’illettrisme, comment ça marche, comment repérer les signes chez un collègue pour mieux accompagner la personne.

# Premier Salon de la Rentrée Scolaire de Montmagny


Afin d’orienter, d’informer les collégiens, lycéens, étudiants, mais aussi les parents d’élèves. Le CIIJ «  Centre information et d’insertion jeunesse » de Montmagny organise le « Salon de la rentrée scolaire »

La première édition de ce rendez-vous, à proposer a son jeune public une journée d’information et de sensibilisation à l’accès à l’emploi et à la formation.


Selon Thierno Aliou Bah, Responsable Centre Information Jeunesse, les jeunes de Montmagny peinent à trouver ce type d’évènement.

# Les Terrasses d’été place de la rencontre

En écoute dans notre sélection podcasts !!!

Jusqu’au 27 août Les terrasses d’été, l’événement à destination des persannais, propose une ambiance familiale et décontracter place de la rencontre.

Cette nouvelle édition ce veux festive, au rythme des ateliers venus enrichir les perspectives du centre social, riche en échange collectif autour d’une collation pour prolonger l’été, nous confit sa direction.

En vu d’« une préparation pour la fête du sport de la culture et des loisirs. Ses journées mettent en lumière les activités sportives, créatives, mais aussi de santé.

Les persannais sont amener à revoir les bases fondamentales de la nutrition santé. Aborder toutes les problématiques de l’accès à une alimentation de qualité, l’accès au circuit court local.

Au stand psycho bien être Véronique Brichler vous invitent à découvrir des créations dans l’univers captivant de son atelier où le geste et l’intelligence de la main éblouissent les visiteurs.

Elle propose de reproduire des masques africain sur des matériaux de récupération, le but n’étant pas de transmettre la connaissance du masque africain liée à son rôle dans la tradition africaine, mais plutôt liée à ses formes et couleurs.

Petits et grands profitent de ce cadre rassurant favorable à l’imaginaire, à la transformation de soi, ils s’en inspire et recréer leur propre masque.

rpt

# Retour sur Persan l’été ça bouge

LIBERTE EGALITE FRATERNITE; le magasine de la rédaction

# Jamais; Un roman de Bruno Duhamel

Quand une senior malvoyante menace la sécurité de toute une ville !

Une fable satirique sur le phénomène d’érosion des falaises scénarisé et mis en image par l’auteur Bruno Duhamel ! 
à découvrir dès le 3 octobre 2022

# Décès du béluga dans la Seine : déclaration de PETA

L’émoi collectif provoqué par cette tragédie (et par celle de l’orque malade mort dans l’estuaire de la Seine, puis par l’égarement d’un rorqual dans ce même fleuve) illustre à quel point nous nous soucions du sort de ces individus qui nous fascinent. Pourtant, tant d’eux sont enfermés à vie dans de lugubres bassins et forcés à nous divertir alors que ces pratiques sont sources d’immenses souffrances pour eux.

Quand on voit l’ampleur des moyens déployés pour la surveillance, l’extraction, le transfert, les soins et le sauvetage de cet animal, comment expliquer que rien n’est fait pour sauver les cétacés qui souffrent au quotidien de la captivité dans les parcs marins de France.

Malgré la loi contre la maltraitance animale votée en fin d’année dernière, les delphinariums continuent de pouvoir détenir, exhiber, faire se reproduire et forcer à se donner en spectacle des mammifères marins sensibles et intelligents. Chaque animal est un individu méritant notre protection, notre considération et de pouvoir jouir de sa vie dans les meilleures conditions. Il est temps de mettre fin à la captivité des cétacés.

PETA, dont la devise dit notamment que « les animaux ne nous appartiennent pas et [que] nous n’avons pas à les utiliser pour notre divertissement » (et qui s’oppose au spécisme, idéologie postulant une fausse supériorité de l’humain sur les autres animaux) rappelle que quatre orques (Wikie, Inouk, Moana et Keijo) et douze dauphins sont détenus au Marineland d’Antibes, et neuf dauphins vivraient encore emprisonnés à Planète Sauvage. Le Parc Astérix a pris la décision de fermer son delphinarium, et a vendu ses derniers pensionnaires à des parcs marins en Suède et en Espagne.

Les orques et les dauphins ressentent tout le stress, la solitude, la détresse et la frustration d’être en captivité dans des conditions qui ne leur permettent pas d’exprimer leurs comportements naturels les plus basiques. Ils sont réduits à passer leur vie à l’étroit dans ce qui est pour eux l’équivalent d’une « baignoire » malgré leur besoin de nager des centaines de kilomètres par jour, d’explorer et de plonger en profondeur, comme ils pourraient le faire dans l’océan où ils devraient pouvoir évoluer.

Nous demandons aux gens de ne jamais se rendre dans un lieu qui emprisonne des animaux pour le profit et appelons le gouvernement à agir rapidement sur les promesses de sa loi contre la maltraitance animale en établissant une feuille de route urgente et claire pour la fin de la détention, de la reproduction et pour la libération des animaux actuellement détenus dans des sanctuaires pouvant subvenir à leurs besoins.

PETA France

# Découvrez le programme dans « Les RDV de Marie » avec Séverine Potin-Derischebourg, Coordinatrice Jeunesse et Prévention.

# Faites le plein d’activités à Vauréal

# Que Jean-Claude entende notre gratitude et notre affection bien au delà des ondes

Hommage à Jean-Claude Guillou, co-président et co-fondateur de la FRAdIF /Fédération des radios associatives d’Ile-de-France

Les membres du conseil d’administration de la FRAdIF/Fédération des radios associatives d’Ile-de-France, ainsi que l’ensemble des radios adhérentes,  ressentent une immense peine à l’annonce de la disparition de Jean-Claude Guillou, co-fondateur de la Fédération, ex-secrétaire général , ex-président puis co-président.

Dès le 19 décembre 2005, date de la création de la FRAdIF à Paris, Jean-Claude s’est engagé dans l’action au service des stations associatives, avec notamment l’initiative de Radios en danger, en mars 2006, afin de lutter contre la volonté de réduction, par le gouvernement libéral de l’époque, du subventionnement national de nos radios non commerciales.

Jean-Claude fut, très ardemment, de toutes les négociations –FSER, Sacem, Conseil régional Ile-de-France, etc.-, de tous les combats. Très souvent à la manœuvre, tout le temps à l’écoute de nos besoins, de nos inquiétudes, de nos interrogations. Et, tout le temps, de sage conseil.

Jean-Claude lança l’idée -et la réalisa en large part- d’une banque de programmes radiophoniques franciliens. Il s’engagea dans le maintien de  l’EPRA, structure nationale de création et de conservation de programmes radiophoniques. Il mena un gros travail radiophonique en milieu scolaire, notamment au sein de la radio associative qu’il avait co-fondée et dirigée, Alternatives FM, dans le Val d’Oise.

Parallèlement, il s’engagea, fortement et constamment, pour faire entendre la parole et les revendications de nos stations, au sein du conseil national de la CNRA/Confédération nationale des radios associatives, dont il était devenu, récemment, l’un des vice-présidents. Son long passé, militant et professionnel, dans l’éducation, notamment populaire, lui permit de comprendre les besoins de nos médias non commerciaux, au service de la communication sociale de proximité, ainsi que de l’économie sociale et solidaire. C’est donc une immense tristesse et un grand vide qui nous habitent soudainement  aujourd’hui.  Car Jean-Claude était, pour beaucoup d’entre nous, un grand frère de la radio associative, toujours à l’écoute, toujours combattif, toujours droit et humain. Tellement sympathique, tellement empathique, tellement dévoué. 

Nous sommes beaucoup à lui devoir énormément, tant pour nos radios associatives qu’à titre personnel.

Son humilité et son altruisme nous conduisent même, sans doute, à ignorer tout ce qu’il a pu faire, en silence, pour nos causes et nos besoins.

Sa voix ne modulera plus, mais restera longtemps présente grâce aux effets féconds de ses constants engagements.

Que Jean-Claude entende et ressente notre gratitude ainsi que notre affection bien au delà des ondes.

Et nos amicales pensées vont également vers sa compagne, Katherine, elle-même touchée par la maladie, et qui a tant donné à ses côtés.

Adieu camarade, adieu notre ami.

Les membres du conseil d’administration et les radios adhérentes de la FRAdIF/ Fédération des radios associatives d’Ile-de-France