onair1

 

vumetre

Le direct

Infos discriminations

# Une nouvelle émission sur Radio R’Hévéa

mercredi 8 juin 2022
Depuis deux ans, un groupe de travailleurs de l’ESAT de Jouy-le-Moutier fait de la radio.

Le projet “Les Empêchés” a été lancé en 2020, et porté par le Département éducation et développement culturel de Radio France, à destination des travailleurs en situation de handicap de l’ESAT (Etablissement et service d’aide par le travail) de Jouy-le-Moutier.  

Avec le soutien technique de Martin Troadec, opérateur son de Radio France, Marie Dalquié, attachée de production à France Culture a animé une série d’ateliers visant la réalisation d’émissions de radio traitant de sujets de société. Le sexisme, la santé, la discrimination…

Lémission du 3 juin est en écoute sur https://hevea-asso.fr/

Un reportage en écoute dans notre sélection podcasts !

# « Les 3 exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère »

lundi 11 avril 2022
Une création du Collectif Manifeste Rien. D’après Benjamin Stora. Adaptation: Virginie Aimone et jéremie Beshon

Le Collectif Manifeste Rien, vous propose ce mardi 12 avril à 10h15 et 14h30 au Musée national d’histoire de l’immigration leur nouveau spectacle « Les exils d’Algérie, une histoire judéo-berbère ».

C’est un voyage qui mène des débuts de la colonisation française à l’indépendance algérienne entre mémoire et histoire, entre quête personnelle et enquête historique.

Info et réservation sur http://www.histoire-immigration.fr

Retrouvez l’interview de Jérémy Beschon dans notre sélection podcasts.

# 5 ans après la mort d’Adama Traore

samedi 17 juillet 2021

# « Manifeste rien » sur les ondes d’Alternative fm dimanche 25 avril à 11h

samedi 17 avril 2021
Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et sciences où l’humour et la poésie permettent de partager les richesses et la complexité de nos sociétés avec le plus grand nombre. Un répertoire conçu avec la collaboration d’intellectuels majeurs tels que Benjamin Stora, Gérard Noiriel, Tassadit Yacine et les œuvres de Pierre Bourdieu, sur les thématiques du genre, du racisme, de la laïcité et du modèle républicain. Un théâtre épique et d’actualité qui puise librement dans les cultures populaires d’hier et d’aujourd’hui. Des représentations suivies de débats en présence de chercheurs et d’ateliers, en itinérance dans les théâtres, les lieux associatifs et le milieu scolaire et pénitencier.

Dans un contexte culturel empêché de spectacle vivant, Manifeste Rien se fait entendre, non pas

sur les planches, mais sur les ondes.

Suite de « Nécro-politique », ce deuxième épisode de la mise en scène radiophonique explore davantage les possibilités vocales du théâtre mariées à la création musicale. « Fascisation », d’après un article du 12 mai 2020 du sociologue Saïd Bouamama, reprend certains personnages du premier épisode en y ajoutant de nouveaux. L’émission initiale dérape. On y entend ce que l’information mainstream n’a pas divulgué au sortir du premier confinement : « la fiche coronavirus » qui désigne les boucs émissaires dans les cours de récréation ; la propagation de l’ingérence impérialiste et ses nouvelles technologies de surveillance ; la différence entre fascisation et fascisme pour éviter toute réduction conspirationniste d’une analyse de classe.

Saïd Bouamama est un sociologue, spécialiste des questions de discriminations et des rapports de domination. Il est l’auteur de plusieurs études sur l’immigration et les milieux populaires et a notamment publié : Les Discriminations racistes : une arme de division massive, préface de Christine Delphy, (L’Harmattan, 2010).

# Lancement de la campagne « Ensemble, combattons le silence »

lundi 1 février 2021

La ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a participé ce mardi 26 janvier au lancement de la campagne « Ensemble, combattons le silence » initiée par l’association Fight for Dignity qui s’est engagée avec l’INSEP pour sensibiliser et lutter contre les violences dans le sport.

Créée en 2017 par Laurence Fischer, triple championne du monde de karaté, Fight for Dignity aide les femmes victimes de violences à se reconstruire à travers le sport, notamment le karaté.

18 athlètes, hommes, femmes, valides et non-valides, issus d’horizons sportifs différents ont répondu présents pour montrer leur engagement contre les violences dans le sport. La campagne « Ensemble, combattons le silence » comporte un guide unique pour aider les témoins ou victimes de violences. Ils y trouveront des conseils, les numéros à appeler en cas d’urgence, des associations pour les aider. Les affiches et les guides seront distribués à tous les athlètes, coachs et entraîneur·e·s de l’INSEP.

# Relais de la Semaine Olympique et Paralympique 2021 du 1er au 5 février

vendredi 22 janvier 2021

Le Centre de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive Île-de- France organise, du 1er au 5 février, le relais de la Semaine Olympique et Paralympique 2021 sur des sites mythiques du sport français : Stade de France, Stade Yves du Manoir, Vélodrome National, Golf National, Base Nautique Olympique de Vaires-sur-Marne, COJO.

Pour cette édition, l’établissement s’associe avec ses partenaires
institutionnels habituels : le Ministère de l’Éducation Nationale, de la
Jeunesse et des Sports, l’Académie de Versailles, la Région Île-de-France, 5 Conseils Départementaux franciliens (77, 78, 92, 93 et 95)
.

A cette occasion, les scolaires franciliens (écoliers, collégiens et lycéens) seront sensibilisés au thème du bien vivre avec le diabète.

Durant ces cinq jours, le relais de la SOP permettra de recueillir des dons
pour deux associations soutenant les personnes atteintes de diabète de
type 1 : Type 1 Running Team et Type 1 Family.

Deux grands témoins échangeront sur le diabète : la karatéka championne du monde Alizée Agier et l’adolescent Hakaora Vallée, connu pour ses défis sportifs de l’extrême et pour être la « voix » du projet loi qui interdit aux malades certains métiers.

# Le ras-le-bol des étudiants

vendredi 22 janvier 2021
Des milliers d’étudiants ont manifesté, mercredi 20 janvier dans toute la France, pour faire entendre au gouvernement leur lassitude et leur détresse, après de long mois où se sont conjugués confinements, couvre-feux et absence de cours en présentiel dans les universités..

Des dispositifs ont été mis en place pour les étudiants qui souhaitent rompre avec l’isolement

Les lignes d’écoute téléphonique. Pour répondre aux angoisses liées au coronavirus et au contexte de quasi-confinement, des cellules de soutien psychologique sont à disposition gratuitement pour tous les étudiants fragilisés par l’isolement :Numéro SOS Confinement – 0800 19 00 00, accessible tous les jours de 9h à 21h.

Croix-Rouge Ecoute – 0 800 858 858, gratuit et disponible 7 jours sur 7, du lundi au samedi de 9h à 19h et de 12h à 18h le dimanche. 

Le service social du Crous. Chaque grande université française dispose d’une antenne Crous dédiée mettant à disposition des dispositifs d’aide psychologique à joindre, trouvables sur les sites officiels des Crous par ville ou académie. Pour les étudiants parisiens par exemple, le site officiel du Crous Paris donne tous les renseignements nécessaires pour contacter : Les BAPU (bureaux d’écoute psychologique universitaire), la permanence d’écoute psychologique APASO, les permanences d’écoute de Nightline Paris (par les étudiants pour les étudiants) et le dispositif Happsy Line Par Apsytude (consultation en ligne avec des psychologues). 

Les services de santé universitaire. A l’écoute des étudiants en situation d’isolement, pour les accompagner grâce au soutien de psychologues disponibles en consultation sur rendez-vous. 

L’habitat intergénérationnel, qui met en contact des seniors et des étudiants pour qu’ils cohabitent ensemble sous le même toit. Imaginée comme une solution d’entraide solidaire et économique, la plateforme en ligne Xenia met en relation des étudiants de moins de 30 ans souhaitant partager un logement avec des seniors de plus 60 ans ayant les capacités de loger chez eux un jeune. Pour cela, elle associe des profils complémentaires, qui partagent des attentes et des intérêts communs afin que la cohabitation se passe dans les meilleures conditions. D’ailleurs, l’arrivée de l’étudiant chez le senior se fait suivant un protocole strict, afin de protéger la santé de l’aîné.

# En route pour la nuit des idées le 28 janvier

jeudi 14 janvier 2021
24H DE DÉBATS D’IDÉES – 28 JANVIER 2021
Embarquez pour un tour du monde de la pensée !

103 pays sur les 5 continents, 200 villes en France et dans le monde, 
200 évènements et un grand live mondial de 24h à suivre sur https://www.lanuitdesidees.com/la-nuit-en-live/

Lors d’un grand live de 24h non-stop de débats à travers le monde, retrouvez : Des grands entretiens : La romancière camerounaise Djaïli Amadou Amal, finaliste du Prix Goncourt 2020, se fera l’écho de la parole des femmes du Sahel. le parrain 2021.

Des dialogues au-delà des frontières : Dialogue entre Chad Richardson aux États-Unis et Victor Zúñiga, au Mexique, en compagnie de Rubén Hernández-León, sociologues spécialistes de la frontière entre les deux pays.

Des balades embarquées : Dans les rues de Libreville, au Gabon, ou  dans celles de Saint-Pétersbourg, en Russie, les hommes et les femmes engagés dans l’aide aux plus démunis parleront de leur  quotidien lors de maraudes nocturnes.

# Tous ensemble dans la même direction

mercredi 6 janvier 2021

# Pour 2021 le Département du Val-d’Oise veut prévenir et lutter contre la radicalisation

lundi 4 janvier 2021

Depuis le 1er janvier 2021, la signature de la charte de la laïcité et des valeurs de la République est associée à toute nouvelle demande de financement aux associations, fondations, établissements sociaux et médico-sociaux, auprès du Conseil départemental du Val d’Oise.

Les associations et autres clubs sportifs devront ainsi respecter scrupuleusement les principes de cette charte à savoir, l’égalité de tous devant la loi, sans distinction d’origine, de race, de sexe ou de religion ; le respect de toutes les croyances ; l’égalité entre les hommes et les femmes ; le droit de croire ou de ne pas croire, la liberté de conscience, pourvu que leurs manifestations ne troublent pas l’ordre public. Dans le cas contraire, leur financement sera suspendu.